Éducation au développement durable et risques majeurs – quelles pistes pour améliorer la résilience collective ?

 

Les catastrophes récentes ont cruellement rappelé la sensibilité de la société face à des perturbations de grande ampleur. Les risques majeurs constituent une porte d’entrée originale vers le développement durable car ils interfèrent sur l’ensemble des domaines que sont les domaines sociaux (conséquences sur la société et les populations), les domaines environnementaux (atteintes graves ou irréversibles du milieu naturel) ou les domaines économiques (conséquences sur les activités des pays touchés par une catastrophe, atteinte des outils de production par exemple). Les principaux acteurs de la sécurité civile que sont les services d’incendie et de secours sont-ils impliqués dans l’éducation aux risques majeurs ? Quel est le degré d’implication de ces spécialistes dans le domaine du développement durable ? Quels dispositifs peuvent être envisagés afin d’améliorer la réponse collective à des perturbations majeures ? Quels repères existent et doivent-ils être réadaptés ? [...] Dans une première partie sont abordés les éléments relatifs à l’à priori de recherche, la méthodologie choisie et l’expression de la problématique. Par la suite sont déclinés les différents prés requis nécessaires à la compréhension du domaine particulier que représentent les risques majeurs et le concept de résilience, et les relations possibles avec l’éducation au développement durable. Une seconde partie est consacrée à l’enquête à destination des acteurs des secours et à son analyse afin d’en extraire les représentations par les acteurs, et d’en tirer les premiers axes de réflexion. Enfin, une dernière partie du mémoire est consacrée à la discussion mettant en présence les notions d’information et d’éducation, en tentant de dégager quelques pistes de réflexion susceptibles de conduire à un changement de paradigmes des acteurs. Cette prise en compte d’une véritable éducation aux risques majeurs pourrait permettre à terme d’améliorer la résilience collective dans l’optique d’une société durable.