Evaluation de l'impact de la crise sur le secteur de l'éducation, mission conjointe UNESCO & Ministères de l'éducation à Tombouctou, Gao et Kidal du 18 au 23 octobre 2013. Rapport

Le Mali, avec ses 1 241 238 kilomètres carrés, est le plus vaste État d’Afrique de l’Ouest après le Niger, mais les deux tiers de cette superficie sont désertiques. Le pays connait des cycles de sècheresse. En 2011, le Mali a connu une grave crise alimentaire, surtout dans les régions nord : Tombouctou, Gao et Kidal. A la crise alimentaire s’est greffée à partir de janvier 2012, une crise politico-sécuritaire, suite à la rébellion armée au nord et au coup d’état intervenu en mars de la même année. Ces deux crises ont eu des conséquences graves sur le système éducatif au nord. En effet, elles se sont traduites par la destruction des structures de gestion de l’école, des établissements scolaires, le déplacement à l’intérieur, (vers la partie sud du pays) et à l’extérieur (dans les pays limitrophes, comme le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie) et la démoralisation du personnel enseignant. La crise a aussi entrainé l’interruption et /ou la perturbation des activités d’apprentissage dans la partie nord du pays, compromettant dangereusement les efforts consentis par le gouvernement du Mali et ses partenaires pour réaliser l’Education Pour Tous. Aujourd’hui grâce à l’intervention militaire des forces armées maliennes et alliées, les régions nord sont à nouveau accessibles malgré de fortes poches d’insécurité résiduelle. C’est pour mettre à la disposition de tous les partenaires des données fiables et évaluer l’impact de la double crise sur le secteur de l’éducation que l’UNESCO et les Ministères de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur ont effectué une mission, du 18 au 23 octobre 2013, dans les régions nord du pays.

Language
Countries
Publishing year
2013
Collation
25 p.